Catégories
Stratégie de contenu

Oui, vous pouvez aussi publier des articles courts ou d’opinion

« RĂ©digez des articles pratiques et exhaustifs au sujet d’une thĂ©matique prĂ©cise, bien optimisĂ©s et comportant au moins 1 500 mots ». Cette phrase pourrait rĂ©sumer Ă  peu près n’importe quel livre ou article relatif aux bonnes pratiques de la rĂ©daction pour le Web en 2021. 

Cela fonctionne : les textes se positionnent bien sur les moteurs de recherche, ils apportent des informations pratiques appréciées par l’audience… Mais l’humain, dans tout cela ? Où est la personnalité de votre entreprise ? Comment les lecteurs peuvent-ils réellement saisir vos valeurs s’ils ne les ressentent pas au travers d’articles moins formatés ?

Votre lectorat se moque des recommandations d’écriture pour les moteurs de recherche. S’il peut obtenir une information en 300 mots plutôt qu’en 1 500, il est preneur. S’il peut découvrir l’opinion d’un expert du domaine, il est ravi. S’il crée un lien émotionnel et non fonctionnel avec votre entreprise, il est conquis.

Alors oui, vous pouvez, et mĂŞme, vous devez aussi publier des articles courts ou d’opinion. 

Que dit Google au sujet des articles courts ?

En fait, rien. 

Google a effectivement lancĂ© un Panda de combat Ă  la chasse des contenus minces (thin content) en 2011, mais il n’a fait preuve d’aucune agressivitĂ© de la sorte Ă  l’égard des textes concis. 

Un contenu mince est un texte qui n’apporte aucune valeur au lecteur, parce qu’il a été généré automatiquement, copié d’un autre site, etc. Le nombre de mots n’est pas pertinent : un mauvais article de 2 500 mots peut tomber dans cette catégorie.

Et vous pouvez aussi Ă©crire 200 mots d’une qualitĂ© telle qu’ils valent la peine de figurer dans les premiers rĂ©sultats du moteur de recherche. En thĂ©orie, en tout cas. 

En thĂ©orie, parce que les algorithmes ont besoin d’un minimum de mots pour comprendre l’objet d’un texte, le classer et le positionner pour la bonne requĂŞte. Un texte trop court pourrait donc ne pas donner assez d’indices aux robots pour assurer son positionnement. C’est la raison pour laquelle les experts recommandent gĂ©nĂ©ralement des textes d’au moins 300 mots, mĂŞme si aucune instruction n’a Ă©tĂ© donnĂ©e par Google Ă  cet Ă©gard. 

Par ailleurs, statistiquement, les articles les mieux positionnĂ©s ont tendance Ă  ĂŞtre assez longs. Un article court sera probablement moins bien placĂ© sur la SERP, sauf s’il est publiĂ© sur un site Ă  l’autoritĂ© Ă©tablie. 

Qu’en est-il des articles d’opinion ?

De la mĂŞme façon, la grande mĂ©nagerie de Google ne comporte aucun animal formĂ© Ă  l’attaque des articles d’opinion. 

Vous ĂŞtes expert de votre domaine et souhaitez partager une opinion ou une observation ? Ne vous retenez surtout pas. 

Il est toutefois possible, voire probable, que cet article se positionne mal sur les moteurs de recherche. Pourquoi ? Parce qu’il ne sera pas structurĂ© comme un article informatif sur la mĂŞme thĂ©matique. Lorsque les robots classeront ce contenu eu Ă©gard Ă  sa pertinence, ils privilĂ©gieront probablement les articles qui apportent un maximum d’informations pratiques aux internautes, au dĂ©triment des articles de rĂ©flexion. 

Ainsi, sans être pénalisés par Google, ces textes ne vous apporteront probablement aucun trafic organique. Pourquoi devez-vous malgré tout en écrire ?

5 raisons pour publier des textes courts ou d’opinion

  • Lorsque vous publiez un article concis sur un sujet prĂ©cis, vous rendez service Ă  votre lecteur. Il n’a pas nĂ©cessairement envie de scroller sur une page de 4 000 mots pour trouver les deux lignes d’information dont il a besoin.
  • Vous pouvez rĂ©utiliser vos textes courts pour crĂ©er un article pilier sur une thĂ©matique en faisant des liens vers vos publications – courtes – existantes. 
  • La crĂ©ation d’articles d’opinion ou de rĂ©flexion amĂ©liore le branding de votre entreprise et nourrit la relation de confiance avec votre audience. Que vous soyez un entrepreneur individuel ou une multinationale, vous dĂ©fendez des valeurs et poursuivez une mission qui vous distinguent de la concurrence. Ces Ă©lĂ©ments pourront influencer le consommateur lorsqu’il devra choisir entre vos produits ou ceux d’un compĂ©titeur. 
  • Les articles courts ou d’opinion ont un potentiel Ă  la viralitĂ© plus important que les longs articles d’information. Vite lus, fortement commentĂ©s, ils peuvent Ă©galement vous apporter une nouvelle audience. 
  • Statistiquement, les articles courts offrent plus de valeur au lecteur. Ils ont aussi leur prĂ©fĂ©rence. Pour en savoir plus sur ces donnĂ©es, je vous conseille de dĂ©couvrir l’Ă©tude du Norman Nielsen Group. Elle soulève aussi un point intĂ©ressant : les articles courts permettraient d’attirer des lecteurs (pour dĂ©velopper votre audience, par exemple), alors que les textes longs amèneraient davantage de personnes en recherche d’une solution (autrement dit, de potentiels prospects si vous commercialisez cette solution).

En 2021, un texte doit ĂŞtre humain

Vous devrez toujours optimiser certains textes pour attirer du trafic vers votre site. Mais en 2021, tout le monde crĂ©e du contenu pĂ©dagogique de qualitĂ© d’au moins 1 500 mots. N’espĂ©rez pas vous dĂ©marquer ainsi. DiffĂ©renciez-vous avec de nouveaux formats, des idĂ©es rafraĂ®chissantes et une authenticitĂ© typiquement humaine.