Catégories
Rédaction optimisée

Comment Écrire un Article Web que votre audience va adorer ?

Êtes-vous sûr de savoir comment écrire un article web qui va vraiment plaire à votre audience ?

Si ce n’est pas le cas, c’est le bon moment pour dĂ©couvrir : 

  • La façon de crĂ©er un titre et une metadescription qui inciteront les internautes Ă  cliquer
  • La longueur des articles qui obtiennent le plus de partages sur les rĂ©seaux sociaux
  • Les bases essentielles d’un billet de blog de qualitĂ©
  • L’optimisation qui ne nuit pas Ă  la lisibilitĂ© par les humains
  • Les conseils pour peaufiner votre style rĂ©dactionnel
  • Quand laisser tomber les règles de grammaire et de ponctuation
  • L’importance de la relecture et de la correction de votre texte
  • L’effet de l’insertion d’un appel Ă  l’action, mĂŞme dans un texte informationnel

Bref, si vous voulez savoir comment Ă©crire un article de blog qui aura les faveurs de votre audience, plongez directement dans ce qui suit.

Créez de longs articles

L’efficacitĂ© des contenus longs, tant en termes de partages que de positionnement sur les moteurs de recherche, a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© amplement dĂ©montrĂ©e, notamment par Neil Patel dans son article Why 3,000+ Word Blog Posts Get More Traffic (A Data-Driven Answer).

La raison est finalement très simple : ces contenus apportent plus de valeur aux internautes (s’ils sont bien rédigés). Lorsque l’internaute trouve une source d’information utile, il la partage. Corrélativement, Google tend à promouvoir ces longs articles, car son objectif est également de fournir une information pertinente aux utilisateurs. Autrement dit, un long contenu met tout le monde d’accord, les humains comme les algorithmes.

Une rĂ©cente Ă©tude de Semrush confirme l’accentuation de cette tendance : sur 1 200 000 articles analysĂ©s, ceux qui gĂ©nĂ©raient le plus de trafic contenaient plus de 7 000 mots.

En plus, un long format a plus de chances de bien se positionner sur une multitude de requĂŞtes.

Identifiez une requĂŞte clĂ© pertinente pour l’optimisation de votre site

Pour qu’un article soit vu et plaise, il faut d’abord qu’il se positionne bien sur les moteurs de recherche. 

Vous devez donc d’abord rĂ©flĂ©chir Ă  la requĂŞte clĂ© que vous allez utiliser, la placer dans votre texte et travailler le champ lexical de la thĂ©matique abordĂ©e (ce qui devrait se faire assez naturellement si vous traitez d’un sujet en profondeur). 

Pour trouver la requête clé, plusieurs méthodes s’offrent à vous :

  • Vous pouvez utiliser l’outil de planification des mots clĂ©s mis Ă  disposition par Google pour les campagnes publicitaires. Cela vous permettra d’isoler les requĂŞtes les plus populaires pour une thĂ©matique donnĂ©e.
  • Vous pouvez Ă©galement utiliser divers outils gratuits ou payants (Ubersuggest, Keywordtool.io, SEOquantum, Keywords Everywhere, etc.). Leurs donnĂ©es sont parfois moins prĂ©cises que celles du Keyword planner de Google, mais certains ont l’avantage de vous donner un score de difficultĂ© pour le rĂ©fĂ©rencement naturel (Ă  l’inverse de l’outil Google qui ne concerne que le rĂ©fĂ©rencement payant). 
  • Les outils sont utiles, mais vous connaissez votre secteur et votre audience mieux que personne. Vous pouvez donc facilement dĂ©terminer des requĂŞtes intĂ©ressantes Ă  travailler, puis vĂ©rifier grâce aux outils si elles sont pertinentes ou non. N’hĂ©sitez pas Ă©galement Ă  faire de l’espionnage industriel en vĂ©rifiant les requĂŞtes travaillĂ©es par vos concurrents.

Lorsque vous identifiez la requĂŞte clĂ©, prenez Ă©galement en compte l’objectif de votre texte. Cela a une double vertu : vous servez les intĂ©rĂŞts de votre entreprise en attribuant une vĂ©ritable utilitĂ© Ă  votre texte et vous vous assurez de mettre le bon contenu sous les yeux du bon prospect. Pour cela, vous devez vous demander Ă  quel stade du parcours d’achat devrait se trouver le lecteur en dĂ©couvrant votre article : 

  • La phase d’information : l’internaute prend conscience de son problème et cherche des pistes de solution. PrivilĂ©giez des termes tels que “comment”, “pourquoi”, “la meilleure façon du…”, “solution pour…”, etc.
  • La phase de rĂ©flexion : l’internaute connaĂ®t les solutions qui existent et cherche celle qui comblera au mieux son besoin. Utilisez des termes comme “comparatif”, “avis”, “tĂ©moignages”, “diffĂ©rence entre…”, etc.
  • La phase de conversion : l’internaute a fait son choix et dĂ©cide d’acheter un produit. En principe, il sait dĂ©jĂ  oĂą le trouver, mais pour lever les derniers doutes, vous pouvez optimiser des textes avec des requĂŞtes qui contiennent “acheter…”, “promotion…”, “offre…”, etc.

Évitez de bourrer votre article de mots clés

Vous devez écrire pour les humains et optimiser pour les moteurs de recherche. Et si vous devez choisir l’un ou l’autre, optez pour l’humain.

Bonne nouvelle : comme les lecteurs, les algorithmes privilégient un contenu utile et riche. Les contenus jugés trop légers, même bourrés de mots clés, sont pénalisés et ne ressortent plus aussi bien qu’avant dans les résultats de recherche.

Votre premier objectif est donc un bon contenu. Votre second objectif est d’y insĂ©rer votre requĂŞte clĂ© avec parcimonie, suffisamment pour donner un signal aux algorithmes, mais pas au point de gĂŞner la lecture. 

InsĂ©rez la requĂŞte clĂ© dans les zones chaudes de votre texte, notamment le title, le h1, l’introduction et certains sous-titres. Vous pouvez aussi la mettre dans le corps du texte, mais si vous avez l’impression que cela dĂ©forme une phrase, abstenez-vous. 

Faites des recherches complètes dans des sources fiables

Il y a deux types de crĂ©ateurs de contenu : 

  • Les rĂ©dacteurs experts
  • Les rĂ©dacteurs polyvalents

Pourtant, ils doivent tous commencer leur travail de création par une recherche exhaustive de sources. Cela va de soi pour les rédacteurs polyvalents qui ne disposent pas de la maîtrise nécessaire pour concevoir un article sur un sujet précis. Et les experts ?

Les experts doivent aussi faire des recherches de sources fiables. Bien entendu, ils peuvent rédiger l’article en puisant dans leurs connaissances. Mais ils doivent aussi apporter à leurs lecteurs de quoi satisfaire leur curiosité.

Donnez à vos lecteurs l’occasion de découvrir d’autres sources, que ce soit par des liens internes sur votre site ou par des liens externes. Ce faisant, vous travaillez également dans le sens des moteurs de recherche qui, en découvrant des liens vers des sources fiables, accorderont plus de crédit à votre article. C’est un critère parmi des centaines, mais cela ne peut qu’être positif pour votre référencement naturel.

Concoctez des titres percutants pour vos articles web

Si votre titre ne donne pas envie de lire, votre excellent contenu ne sera jamais lu. La qualitĂ© du titre est d’autant plus critique lorsqu’on parle du title, c’est-Ă -dire le titre qui apparaĂ®t sur la page des rĂ©sultats de recherche. 

S’il n’attire pas l’œil du lecteur, vous n’aurez aucun trafic. Et donc aucune chance de conversion. 

Ainsi, avant de savoir comment Ă©crire un article, il faut savoir comment Ă©crire un titre. Et pour cela, vous pouvez appliquer ces 6 conseils : 

  1. Le titre doit ĂŞtre prĂ©cis : l’internaute effectue une recherche spĂ©cifique et il aura tendance Ă  cliquer sur le titre qui lui promet une rĂ©ponse prĂ©cise Ă  sa question. 
  2. Le titre doit annoncer un bĂ©nĂ©fice pour le lecteur : l’internaute ne consacrera du temps Ă  sa lecture que s’il en obtient un bĂ©nĂ©fice. 
  3. Le titre doit susciter la curiositĂ© : s’il doit ĂŞtre prĂ©cis, il ne peut pas tout rĂ©vĂ©ler. Donnez assez d’informations pour que l’internaute sache de quoi il est question, mais pas assez que pour satisfaire sa curiositĂ©. 
  4. Le titre doit contenir des chiffres, des signes ou des camel cases : l’objectif est purement visuel, car ces signes attireront l’œil du lecteur. De plus, les chiffres ont un effet psychologique, car en donnant une information supplĂ©mentaire, le lecteur sait mieux Ă  quoi s’attendre s’il clique. 
  5. Le titre doit contenir la requête clé de votre article : ici, il n’est pas question d’inciter au clic, mais bien de favoriser le positionnement de votre texte dans les résultats des moteurs de recherche.
  6. Le titre ne doit pas ĂŞtre dĂ©ceptif : vous avez lu que des mots tels que “secrets”, “gratuit”, “rĂ©vĂ©lations” ou “exclusif” attiraient un grand nombre de clics ? C’est tout Ă  fait vrai. Mais le revers de la mĂ©daille, c’est que vous crĂ©ez une forte attente chez votre lecteur. Et que si le rĂ©sultat n’est pas au rendez-vous, que votre texte ne dĂ©livre pas la promesse du titre, vous dĂ©cevez et frustrez le lecteur. Et un lecteur frustrĂ©, vous ne pouvez pas le convertir en client. Ă€ moins que vous n’ayez comme ambition de concurrencer BuzzFeed ou Voici !, vous devez penser Ă  la rĂ©putation de votre entreprise lorsque vous rĂ©flĂ©chissez au meilleur titre pour votre texte. 

Insérez une metadescription digne de ce nom

La metadescription est l’extrait qui s’affiche en dessous du titre (title) sur la page de résultat des moteurs de recherche.

Elle ne vous donne pas d’avantage en termes de référencement naturel. Mais bien libellée, elle peut inciter l’internaute à cliquer. Il est donc important de la rédiger avec soin.

La metadescription doit ĂŞtre le prolongement de votre titre et apporter Ă  l’internaute des informations complĂ©mentaires de nature Ă  l’inciter Ă  lire. Vous en revenez donc, comme pour le titre, Ă  cette notion de bĂ©nĂ©fice. Vous devez vous demander : 

  • Que cherche l’internaute en tapant sa recherche sur Google ? 
  • Que lui fournissez-vous comme information critique dans votre article ? 

La metadescription doit contenir la rĂ©ponse Ă  ces questions. Vu l’espace restreint (environ 150 Ă  160 caractères), la façon la plus efficace pour impliquer le lecteur est de lui poser une question qui fait intervenir le bĂ©nĂ©fice qu’il recherche ou le problème auquel il fait face. 

Notez que vous n’êtes pas entièrement maĂ®tre de la metadescription qui apparaĂ®tra sur la page de rĂ©sultats. Google s’efforce de la faire corrĂ©ler avec la requĂŞte de l’internaute. Ainsi, si votre metadescription contient “éduquer un chien”, mais que l’internaute a cherchĂ© “éducation canine”, Google cherchera dans votre texte un extrait qui contient les termes “éducation canine” et s’en servira dans la metadescription. 

DĂ©livrez une information utile, pratique et nouvelle

Les internautes cherchent avant tout des informations qu’ils peuvent directement utiliser, ce qui explique le succès des articles “comment…” ou des listes.

Cela ne signifie pas que vous devez circonscrire vos thèmes de publication aux seules informations pratiques. Vous pouvez aborder n’importe quel sujet, mĂŞme une actualitĂ© interne Ă  votre entreprise, Ă  condition que votre contenu apporte une connaissance utile Ă  votre audience. 

Cela ne signifie pas non plus que vous devez adopter le mimĂ©tisme trop rĂ©pandu sur le Net et Ă©crire le millionième article pratique consacrĂ© Ă  une thĂ©matique Ă©culĂ©e de votre secteur. Dès que c’est possible, apportez une information rĂ©ellement nouvelle, notamment avec des Ă©tudes de cas. Si vous ĂŞtes dans un secteur bouchĂ©, peu propice aux Ă©volutions rapides et Ă  la crĂ©ation de nouvelles donnĂ©es, vous devez alors jouer sur l’angle. Apportez un nouvel Ă©clairage sur le sujet en adoptant un angle unique. 

Dans tous les cas, vous devez impĂ©rativement Ă©viter cette solution de facilitĂ© : la reformulation d’un contenu dĂ©jĂ  publiĂ© sur un autre site. Rapide et bon marchĂ©, c’est la solution de crĂ©ation de contenu “à pas cher” pour remplir un site internet. La seule fonction de ce contenu Ă©tant de dĂ©corer votre site, c’est un bien mauvais investissement Ă  long terme. 

Rendez votre texte lisible sur le Web

Que ce soit sur son ordinateur ou sur son smartphone, votre audience consomme votre contenu sur un Ă©cran.

Et cela n’a rien de confortable. 

C’est pourquoi vous devez rendre votre contenu aussi lisible que possible, et cela grâce à 6 astuces facilement mises en œuvre :

  1. RĂ©digez des phrases simples : en moyenne, vos phrases ne devraient pas faire plus de 20 ou 25 mots. Si un lecteur doit revenir en arrière pour comprendre l’énoncĂ©, il abandonnera vite sa lecture. Soyez particulièrement attentif aux premières phrases de votre texte : vous ne devez pas faire fuir un visiteur avec une phrase Ă  rallonge dès la première ligne. Laissez-lui le temps de s’habituer Ă  l’effort intellectuel qu’il devra fournir pour vous lire et introduisez votre texte par des phrases courtes (15 Ă  20 mots maximum, voire moins). 
  2. Évitez les structures syntaxiques qui freinent le rythme de lecture : c’est particulièrement vrai pour les inversions stylistiques qui compliquent la comprĂ©hension du texte, mĂŞme si elles lui donnent un aspect plus recherchĂ©. Ainsi, il est prĂ©fĂ©rable d’écrire “la nuit est douce” plutĂ´t que “douce est la nuit”, sauf si votre audience rĂ©agit positivement Ă  votre verve poĂ©tique.  
  3. Adoptez la voix active : la voix active rend votre discours plus direct, plus efficace et plus simple Ă  comprendre. 
  4. Cassez les longs paragraphes : les paragraphes ne devraient pas faire plus de 5 lignes, car les longs paragraphes ont un effet dĂ©courageant sur l’internaute. Il hĂ©sitera Ă  entamer la lecture d’un long bloc de texte, alors qu’il passera facilement d’un court paragraphe Ă  un autre. Bien maniĂ©s, des paragraphes courts vous permettent aussi d’inciter le lecteur Ă  poursuivre sa lecture. Vous avez probablement dĂ©jĂ  entendu qu’il fallait une idĂ©e par paragraphe. C’est vrai, mais vous manquez alors l’occasion de crĂ©er une attente chez le lecteur qui veut connaĂ®tre la suite de votre idĂ©e. Ă€ la place de dĂ©voiler l’entièretĂ© d’une idĂ©e dans un paragraphe, n’en dĂ©voilez qu’une partie et poursuivez votre rĂ©flexion dans le paragraphe suivant. 
  5. Ne justifiez pas votre texte : la justification, très utilisĂ©e dans les rapports, les thèses et autres documents imprimĂ©s, ne doit pas ĂŞtre utilisĂ©e sur le Web. Elle est plus esthĂ©tique, mais elle prive le mobinaute de repères visuels indispensables Ă  la lecture sur Ă©cran. 
  6. Aérez votre texte : il s’agit encore une fois de donner des repères visuels au lecteur et de soulager ses yeux. Pour cela, utilisez des listes à puces, insérez des visuels, mettez certaines parties en gras, etc.

Faites l’impasse sur la grammaire et la ponctuation (parfois)

Un petit rappel avant de poursuivre cette section : vous ne pouvez jamais faire l’impasse sur l’orthographe. Si les petites coquilles sont relativement tolérées (mais déconseillées), les véritables fautes d’orthographe récurrentes détruiront totalement votre crédibilité. Et cela, quelle que soit votre audience.

En effet, en 2019, Le Parisien dĂ©voilait une Ă©tude menĂ©e par le projet Voltaire auprès des jeunes utilisateurs des rĂ©seaux sociaux. Jusqu’à une certaine limite (plus d’une heure par jour sur les rĂ©seaux sociaux), les jeunes Français connectĂ©s ne font pas plus de fautes d’orthographe que les autres. Pensez-y lorsque vous publiez sur Twitter, Facebook ou Insta.

Quant Ă  la grammaire et Ă  la syntaxe, il y a des règles qui peuvent ĂŞtre allègrement brisĂ©es… et d’autres qui doivent ĂŞtre scrupuleusement respectĂ©es. Si une faute d’accord fait le mĂŞme effet que le grincement des ongles sur un tableau noir, une phrase incomplète peut en revanche paraĂ®tre lĂ©gère et parfaitement justifiĂ©e. Comme celle-ci. Ou encore ceci. 

L’abus de phrases incomplètes nuit toutefois Ă  la lisibilitĂ© du texte. Vous Ă©crivez un article, pas un tĂ©lĂ©gramme. Il faut les insĂ©rer avec parcimonie dans le texte, quand une construction sujet-verbe-complĂ©ment n’amĂ©liorerait pas la comprĂ©hension. 

L’autre règle de syntaxe qui peut être joyeusement transgressée est celle de conjonctions de coordination. Vous avez appris qu’il ne faut jamais commencer une phrase par une conjonction de coordination. Et pourquoi ? Cette technique a l’avantage de vous permettre de scinder les phrases les plus longues, tout en permettant une continuité de votre raisonnement. Vous ne devez pas insérer un “ou” ou un “et” lorsque cela ne se justifie pas, mais si cela suit le cours logique de votre réflexion, allez-y.

Et la ponctuation ? La ponctuation est avant tout pragmatique, car elle sĂ©pare les parties d’un texte afin d’établir des liens logiques et d’en permettre la comprĂ©hension par le lecteur. Il est donc indispensable que vous gardiez cela en tĂŞte lorsque vous vous demandez si vous devez, oui ou non, mettre une virgule ou non. 

La virgule est indispensable pour isoler un complément placé en début de phrase, à défaut de quoi le lecteur devra relire l’énoncé pour comprendre. En revanche, dans une phrase relativement courte, vous pourriez faire l’impasse sur les virgules avant “mais” ou “car”. De même, la ponctuation traditionnelle des listes à puces est visuellement lourde. Elles seront aussi bien comprises, voire mieux, sans l’insertion de points-virgules.

Écrivez des articles web efficaces 

La capacitĂ© d’attention des lecteurs diminue progressivement, que ce soit en ligne ou hors ligne, un phĂ©nomène qui touche mĂŞme les musĂ©es.

Vous devez donc rapidement capter l’attention du visiteur et la maintenir jusqu’à la fin de votre article. Pour cela, vous devez éviter les contextualisations et les transgressions pour directement aborder le cœur du sujet (ce que le lecteur est venu chercher).

Pour vous y aider, vous pouvez utiliser la structure journalistique de la pyramide inversĂ©e. Elle consiste Ă  hiĂ©rarchiser les informations en commençant le texte par l’information la plus importante et en plaçant progressivement des Ă©lĂ©ments de plus en plus spĂ©cifiques ou accessoires.

Relisez, réécrivez, relisez

Ne perdez pas votre temps et votre inspiration en essayant de rĂ©diger un texte parfait dès le premier jet. 

Au contraire, laissez couler librement vos pensĂ©es sur la page, mĂŞme si elles s’égarent, si votre syntaxe est approximative, si vous laissez des fautes d’orthographe, etc. 

Vous devez ensuite procĂ©der Ă  plusieurs relectures et corrections de votre texte : 

  • Un premier passage pour vĂ©rifier la logique de votre texte, notamment celle des sous-titres, et supprimer les Ă©lĂ©ments inutiles, qu’il s’agisse de mots, de phrases ou de paragraphes entiers. Rappelez-vous, vous devez aller droit au but. 
  • Une seconde relecture, Ă  haute voix, vous permet de contrĂ´ler la fluiditĂ© du texte. Si vous butez sur les mots, reformulez certains passages. Assurez-vous aussi que les transitions entre les phrases et les paragraphes sont claires.
  • Une troisième relecture, indispensable, vous permettra de chasser les fautes d’orthographe et de syntaxe.

InsĂ©rez un appel Ă  l’action en fin d’article

Tout texte devrait contenir un appel à l’action, même si son objectif prioritaire est d’amener du trafic sur votre site. Le trafic n’est en effet que la première étape vers votre véritable objectif : la conversion.

L’insertion de calls to action dans l’ensemble de vos contenus, y compris vos articles de blog, a une influence importante sur le nombre de leads et de ventes. Ainsi, l’agence de marketing digital Brafton dĂ©clare qu’après l’insertion de boutons d’appel Ă  l’action dans les templates de billet de blog, un de ses clients a vu ses ventes s’envoler (+ 83 % en un mois).

Il s’agit bien entendu d’un rĂ©sultat exceptionnel, mais il dĂ©montre que les appels Ă  l’action ont un impact commercial rĂ©el, et cela peu importe le type de contenu. 

Utilisez les neurosciences

Les neurosciences sociales peuvent vous aider Ă  amĂ©liorer la rĂ©ception de vos textes auprès d’une audience. DĂ©couvrez-en plus dans l’article consacrĂ© aux 5 enseignements des neurosciences.

Avez-vous besoin d’aide pour écrire vos articles web ?

N’hĂ©sitez pas Ă  me contacter pour un devis ou un entretien gratuit afin de discuter de vos besoins de rĂ©daction optimisĂ©e et copywritĂ©e.

4 réponses sur « Comment Écrire un Article Web que votre audience va adorer ? »