Catégories
Copywriting

8 Conseils sans blabla pour Débuter en Copywriting

Nous avons tous appris à écrire à l’école, mais rédiger des publications promotionnelles est un tout autre exercice. La conception-rédaction vous intéresse, mais vous ne savez pas à quoi vous attendre ? Vous avez peur de vous lancer sans connaître les bases du métier de copywriter ? 

Alors voici quelques conseils très simples pour débuter en copywriting et rédiger vos premiers textes de vente. Vous pourrez ensuite acquérir une véritable expertise en pratiquant et en vous formant seul ou accompagné.

1/ Définir votre message principal et le public auquel il s’adresse

Avant d’écrire une seule ligne, vous devez identifier l’objectif et le public du texte. Un texte copywrité doit toujours mener à la conversion, c’est-à-dire une action réalisée par l’audience : commenter, s’abonner, s’inscrire, télécharger, acheter, etc. Par ailleurs, ce texte ne s’adresse qu’à un seul type de personne : le persona, à savoir le client idéal de l’entreprise.

Vous devez donc répondre aux questions suivantes avant de rédiger : 

  • Quelle est l’action à accomplir par les lecteurs ?
  • Connaissent-ils l’entreprise et ses produits ?
  • De quelles informations ont-ils besoin pour avoir envie d’accomplir l’action ?
  • Quel est le problème ou l’envie qui pousse le public à consulter votre texte et à agir ?

Vous aurez plus de chances de convaincre les lecteurs si vous savez ce qu’ils recherchent et que le texte répond à leurs besoins. Vous devez aussi leur expliquer en quoi l’entreprise peut leur être utile.

2/ Créer un titre séduisant 

Presque 100 % des personnes qui auront votre texte sous les yeux liront le titre. Mais seul un léger pourcentage de ces personnes poursuivra sa lecture. Et c’est le titre qui fera toute la différence.

Le titre est probablement l’élément le plus important du copywriting. En le lisant, l’internaute déterminera si le texte répond à l’un de ses désirs ou de ses besoins. Si ce n’est pas le cas, il passera son chemin. 

Vous devez parfois consacrer plusieurs heures à la création du titre parfait, celui qui accroche sans être putaclic, qui mentionne un bénéfice sans tout dévoiler et qui crée une forme d’urgence sans stresser l’internaute. 

L’idéal est d’en créer plusieurs versions et de les faire relire par l’un de vos collègues, voire par les membres de votre famille ou vos amis. 

Au minimum, le titre doit mentionner un bénéfice persuasif pour le client cible. C’est encore mieux s’il comporte un élément qui suscite la curiosité et un élément de temps (en 6 mois, dans 3 mois, etc.).

3/ Immerger le lecteur dans le texte

Selon Josepg Sugarman, un célèbre copywriter, la première ligne du texte doit être courte pour immerger progressivement le lecteur dans le texte. Elle doit aussi donner envie de lire la suivante et ainsi de suite. 

La solution pour susciter l’intérêt des internautes dès les premières lignes consiste à leur parler de ce qu’ils préfèrent : eux-mêmes. Mentionnez le problème auquel ils font face, leurs ambitions, leurs désirs et leurs craintes. 

Vous pourrez ensuite leur expliquer comment l’entreprise peut les aider en leur proposant une solution et développer tous les bénéfices qu’elle offre.

4/ Trouver la promesse unique de vente

Vous devez trouver l’élément qui distingue le produit ou service de ceux de la concurrence. Mais attention, il ne suffit pas de faire une liste des caractéristiques de l’article à vendre, même si elles sont uniques. Le prospect ne va pas réagir à cela. Il est préférable de parler des bénéfices et démontrer en quoi les bénéfices apportés par le produit sont uniques. 

Par exemple, Duracell commercialise des piles. Elles ont probablement des caractéristiques uniques, mais ce n’est pas cela qui a été valorisé dans les communications publicitaires de la société : c’est la longévité de ces piles. Le consommateur se moque de savoir si elles sont salines ou alcalines. Mais il est séduit par une durée d’utilisation de 5 ou 10 ans.

5/ Être clair et précis

Le vocabulaire utilisé dans le copywriting doit toujours être précis, mais clair. Vous devez donc éviter le jargon parce qu’il complique la lecture. Et un internaute qui peine à lire un texte est un client potentiel perdu. 

Mais vous devez aussi faire preuve de précision et d’assertivité. Ainsi, supprimez toutes les formules évasives comme « il est possible que », « je pense », « peut-être », « probablement », « essayer »… Vos textes doivent transmettre une impression de confiance.

6/ Structurer visuellement le texte 

Un gros bloc de texte est détestable à lire. En ligne, personne ne prend la peine de déchiffrer une page web : si elle n’est pas structurée, l’internaute quitte le site.

Pour une page agréable et ordonnée, utilisez : 

  • des sous-titres, pour découper le texte ;
  • des listes à puces et des listes numérotées ;
  • des encadrés et des visuels ;
  • des caractères en gras ou en couleur (mais avec parcimonie).

Ces éléments graphiques permettent de faire ressortir certaines parties du texte et de faciliter la lecture. L’audience peut ainsi scanner le texte à la recherche de l’information qui l’intéresse.

Pour apporter de l’interactivité, vous pouvez aussi ajouter des vidéos, un format très apprécié des internautes.

7/ Insérer des appels à l’action

Un texte sans appel à l’action n’a aucune chance (ou presque) de convertir les internautes. Ils doivent savoir exactement ce que vous attendez d’eux à la fin de leur lecture. C’est le rôle de l’appel à l’action.

Il s’agit d’une incitation courte composée d’un verbe d’action et souvent insérée dans un encadré (le bouton)  cliquable. Lorsqu’il clique, l’internaute est redirigé vers une autre page (de destination) où il peut accomplir l’action, par exemple entrer ses coordonnées dans un  formulaire ou effectuer un achat.

Ce n’est pas le moment d’être timide : vous devez clairement dire au prospect que vous voulez qu’il achète, qu’il s’abonne ou qu’il s’inscrive (abonnez-vous, je m’inscris, etc.). Vous pouvez le motiver davantage en insérant un élément d’urgence, par exemple avec une offre limitée, mais un simple rappel au temps suffit parfois (immédiatement, aujourd’hui, sans attendre…).

8/ Corriger, relire, modifier, relire…

Veillez toujours à relire votre texte avant de le publier. Un texte truffé de fautes  d’orthographe, de ponctuation ou de grammaire nuit à la crédibilité de l’entreprise. Je vous conseille aussi de le relire à haute voix afin d’en évaluer la fluidité et remarquer les éventuels oublis et erreurs. 

Débuter en copywriting : quelques remarques finales

Ces quelques conseils devraient vous permettre de débuter en copywriting. La vente peut intimider les plus timorés, mais n’oubliez pas que vous le faites pour apporter de la valeur à un consommateur qui en a besoin. Il ne s’agit pas de vendre n’importe quoi à n’importe qui, mais de mettre en relation un produit utile et un consommateur à la recherche d’une solution.

Pour aller plus loin : Apprendre le copywriting, 10 règles à maîtriser

Pour aller encore plus loin : la formation pour devenir copywriter professionnel